RACINES Limousin

Racine Magazine Limousin Limoges




ARTICLES -> Portraits




Eric et Véronique Une passion : le Piper Nigrum


C’est pendant son service militaire au Cambodge qu’Éric Michaud tombe amoureux du Cambodge. Il est cantonné pendant 6 mois à Kampôt, en tant que casque bleu pour assurer l’accompagnement de la population lors du désarmement et de la préparation aux futures élections. L’envie est forte après d’y retourner une fois revenu dans le civil, mais sa vie professionnelle se fait d’abord à Paris, puis à Limoges, sa famille étant originaire de Nantiat. Eric aujourd’hui est chef de projet chez un porcelainier limougeaud.


"Mais le souvenir du Cambodge reste ancré et l’appelle. En 2003 il promet à sa femme Véronique de lui faire découvrir ce pays, malgré ses quelques réticences. Dix ans plus tard il tient sa promesse et dès qu’ils posent le pied sur le sol cambodgien, Eric se sent chez lui ! 48 heures plus tard l’émotion due au lieu et à la gentillesse des habitants séduisent sa femme, qui fond en larmes. Pour ce premier de nombreux séjours, Eric a envie de tout voir ou revoir, même si certaines désillusions sont présentes, comme la cocoteraie où il était militaire à Kampôt, devenue un hôpital… L’envie de découvrir Angkor et le pays les emmène sur un circuit de 15 jours. Ils ne savent pas encore que leur guide, Simeth Koy, deviendra leur ami et associé dans leur passion de la culture du poivre de Kampôt.
Lors de ce périple, Éric demande à visiter, à la suite d’un reportage vu à la télévision, une plantation de cette baie dont il ne connaît que très peu de choses."



Une révélation ; il en découvre les variétés, les saveurs, les senteurs, les flaveurs. Eric et Véronique décident d’investir dans de la terre et de se lancer dans la culture et l’exportation de poivre vers Limoges. Le guide assure sur place la supervision et devient son représentant local. Cette plantation prend racine au sud du Cambodge, à une vingtaine de kilomètres du Vietnam, sur une colline située proche du golfe de Siam au sein d’une zone protégée et bénéficiant depuis 2010 d’une IGP Européenne. Les spécificités du terroir donnent aux baies des saveurs très spécifiques. La variété de poivriers « Piper Nigrum » est une liane sur laquelle poussent les fruits. Elle grandit sur des poteaux en bois exotique de 3 mètres et il faut attendre 3 ans pour la première récolte. La première année, on rabat les lianes pour forcer l’ancrage des racines, la seconde on étête et on pince les fruits à floraison. La troisième, les deux lianes encerclant le poteau de bois forment un buisson d’environ 1m de diamètre et donnent près d’un kilo de poivre sec par pied. Les baies sont récoltées de mars à mai, grappe par grappe et à la main avant d’être égrainées afin de séparer les différentes couleurs de baie. L’envie du couple à travers cette production est aussi de contribuer à faire vivre correctement des familles cambodgiennes. Ce sont 4 personnes qui vivent au quotidien sur la plantation et veillent sur les poivriers pour les protéger de la chaleur en les recouvrant de feuilles de palmier, suppriment les mauvaises herbes et parent aux autres intempéries.



Le couple développe la plantation depuis la France ; il se rend sur place, deux fois par an, trop peu souvent à leur goût cependant. Il importe la récolte et la distribue principalement auprès de particuliers ou de chefs restaurateurs. Il développe aussi ses ventes à travers son site d’e-commerce. Mais c’est surtout le bouche- à-oreille, la qualité de son poivre qui le font connaître et principalement en Limousin. Avec le soutien d’amis investisseurs la production passe de 300 à 1 500 pieds. Malheureusement la gestion de- puis Limoges ne permet pas une bonne super- vision quotidienne. Les équipes en place, sont parfois négligentes dans l’entretien régulier de la plantation. De nombreux pieds tombent malade et la qualité des récoltes s’en ressent. Eric et sa femme décident alors de s’en séparer.



"Mais ils n’arrêtent pas pour autant les voyages et l’aventure du commercede ce poivre si spécifique, reconnu comme l’un des 5 meilleurs au monde et surtout
très demandé par ses clients en France. Aujourd’hui ils travaillent avec des producteurs locaux, importent les baies si savoureuses qui se consomment de l’entrée au dessert au travers de ses 3 couleurs noir, rouge et blanc ainsi que du poivre frais au sel de Kep.
Pour vous limousins, il faut aller à la rencontre d’Éric et Véronique sur les marchés de producteurs, pour découvrir la gamme de poivres sous la marque Holy Hill Pepper. Ils vous raconteront leur amour de ces baies, de la diversité incroyable de saveurs qui s’en dégage mais aussi de l’amour pour le Cambodge pays qui a conquis leurs cœurs.
Ils vous conseilleront d’aller déguster sur place ce qui pour Eric est sa « madeleine de Proust » le crabe bleu de Kep au poivre frais de Kampôt.



Nathalie